You are currently browsing the Brèves pensées category
Displaying 1 entry.

Citations et brèves pensées

  • Posted on avril 5, 2010 at 16 h 10 min

« La théorie, c’est quand on sait tout et que rien ne fonctionne.

La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »

Albert Einstein.

L’académie des crabes

« Calme ton esprit, rumine tes connaissances si cela te convient, mais ne t’en sers pour rien et surtout garde le Secret »

Il ne sert à rien d’avoir raison trop tôt ; le rythme naturel ne fait tomber les feuilles qu’au vent d’automne.

Henri La Croix-Haute : Propos sur les Deux Lumières d’Henri Coton Alvart. Éditions Le Mercure Dauphinois (2001) p. 228.

Quelques brèves pensées de Pierre Dac, pas si sottes qu’il pourrait y paraître en première lecture :

 « Bien que chacun estime avoir droit au bonheur, la plupart des gens entrent inconsciemment dans le malheur comme on entre en religion. »

 « Ce n’est pas parce qu’en hiver on dit : -fermez la porte, il fait froid dehors-, qu’il fait moins froid dehors quand la porte est fermée. »

 « Ceux qui ne savent rien en savent toujours autant que ceux qui n’en savent pas plus qu’eux. »

Pierre Dac : Les pensées 1972

Dès que l’on vient au monde, et avant même sa première respiration, on a déjà pris des coups…. Il parait que c’est pour nous « aider à vivre »….Çà devrait nous faire réfléchir sur ce qui nous attend dans cette vie sur Terre !

 Plus tard, malgré les coups qui pleuvaient de partout, si on a gravi suffisamment de marches de l’escalier social et devenu ainsi suffisamment aguerri, les autres hésitent à continuer à nous en porter. Le courage n’étant pas une vertu très largement distribuée ici-bas. 

 Alors on se les porte soi-même, car c’est le seul moyen d’avancer dans son évolution d’être humain. Il suffit alors de simplement veiller à se les porter à bon escient.

Simon Selliest 12 décembre 1998

« Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous. Demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays. » 

J F Kennedy : Discours inaugural de mandature, 20 janvier 1961

 De l’admirable poème de Nicolas Boileau, que nous n’avons pas osé reproduire in extenso ici, tellement il est facile d’en trouver le texte complet sur Internet, nous n’avons quand même pas pu résister au plaisir d’en extraire du Chant I, quelques citations que beaucoup, sur Internet, devrait au moins connaître, s’ils ne peuvent les appliquer à la lettre. A toutes fins utiles, nous signalons que les extraits ci-dessous ont été tirés du texte mis sur Wikipedia :

http://fr.wikisource.org/wiki/L%E2%80%99Art_po%C3%A9tique/Chant_I

  Extraits du Chant I

 Quoi que vous écriviez évitez la bassesse :

 Le style le moins noble a pourtant sa noblesse

 …………………………………………………..

 Avant donc que d’écrire, apprenez à penser.

 Selon que notre idée est plus ou moins obscure,

 L’expression la suit, ou moins nette, ou plus pure.

 Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement,

 Et les mots pour le dire arrivent aisément.

 ………………………………………………………..

 Travaillez à loisir, quelque ordre qui vous presse,
Et ne vous piquez point d’une folle vitesse :
Un style si rapide, et qui court en rimant,
Marque moins trop d’esprit que peu de jugement.
J’aime mieux un ruisseau qui, sur la molle arène,
Dans un pré plein de fleurs lentement se promène,
Qu’un torrent débordé qui, d’un cours orageux,
Roule, plein de gravier, sur un terrain fangeux.
Hâtez-vous lentement, et, sans perdre courage,
Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage :
Polissez-le sans cesse et le repolissez ;
Ajoutez quelquefois, et souvent effacez. […]
………………………………………………………….

 C’est peu qu’en un ouvrage où les fautes fourmillent,

 Des traits d’esprit, semés de temps en temps, pétillent.

                                                                                              Nicolas Boileau : De l’Art poétique (1674)