You are currently browsing the archives for 2011.
Displaying 1 entry.

M.

  • Posted on novembre 27, 2011 at 15 h 56 min

In Memorian

  

 Simon Selliest le 20 novembre 2011

Elle est partie.
 Elle est partie par une froide matinée de novembre au soleil incertain – mais la première offrant quelque luminosité après une quinzaine très pluvieuse -. Un peu comme si elle avait voulu revoir ce soleil qu’elle avait tant de fois regardé, et tant de fois ressenti sur son corps et son visage.
 Elle est partie, entourée des rares membres de sa famille. Les ami(e)s d’antan l’avaient déjà quittée depuis longtemps, eux aussi disparus. Ils étaient absents de corps, mais présents d’esprit, n’ayons aucun doute là-dessus, venus spécialement pour l’accueillir.
 Hélas, personnellement, nous n’avons pas pu l’accompagner dans son dernier souffle…..
 Elle était d’une génération qui n’utilisait pas la mémoire du téléphone pour y enregistrer les numéros de ses proches, et son vieux carnet répertoire, aux pages jaunies et écornées par le temps, avait un classement bien à elle. Notre nom y figurait bien, mais pas où il était logique de le chercher. Elle, elle s’y retrouvait, et comme c’était bien là l’essentiel, l’idée n’avait pas dûe lui venir de le mettre en ordre…
 In extremis pourtant, il fut retrouvé par une aide supérieure sans doute, et nous avons pu ainsi nous joindre à ceux et celles qui l’ont accompagné aux portes de la destruction de son corps.
 Quant nous l’avons vu, elle reposait en paix, de blanc vêtue, dans son environnement familier. C’était un petit appartement, où elle avait vécue bien des décennies avec l’homme qu’elle avait choisi et aimé depuis toujours. Il y avait, accrochées au mur, les peintures des calanques de sa chère Provence. En-Vau et le Doigt de Dieu, Sugiton, la Grande Candelle, etc. Il y avait aussi la Sainte Victoire et ses paysages cézanniens. Autant d’endroits où elle avait usé d’innombrables paires de souliers de marche – de ceux pourtant réputés résistants à toutes épreuves -. Il y avait aussi ses meubles et ses objets familiers, qui y étaient depuis toujours…
 Autant de choses qui nous rappelait, à son fils et moi, notre enfance. Les souvenirs ne manquaient pas. Un instant enfouis dans nos mémoires – la vie moderne est si dévoreuse de temps et de mémoire -, ils revenaient au fur et à mesure que nous en parlions. Et partout, son sourire et sa bonne humeur nous suivaient. Faut dire aussi qu’elle était, selon son expression, une véritable « Tron de l’air(1)« , et cette manière d’être était pour elle, une manière de cacher ses immenses qualités humaines et tout l’amour dont son cœur débordait.
 Elle n’était du genre à se poser des questions métaphysiques ou sur la religion, mais, peut-être par une lointaine réminiscence d’une de ses vies passées, elle avait souhaité que son corps disparaisse à jamais, sans toutefois que ses cendres ne quittent « sa Provence ». Elles furent donc dispersées dans un de ses endroits préférés, mêlées à celles de l’unique homme de sa vie, lui aussi disparu quelques mois plus tôt. Depuis, ensemble, ils reposent enfin dans le calme et la sérénité de cet endroit que peu de gens connaissent, un coin secret, bien à eux..
Mais si nous ne savons pas où ils reposent, elle, elle restera dans nos cœurs et dans nos esprits, bien présente, elle qui nous a tant donné, tant apporté, et à qui nous avons tant pris et si peu rendu.
 Merci M… Nous mesurons à peine maintenant la dette que nous avons envers toi.
 Il n’est rien de dire que si tu nous as quittés de corps, tu resteras bien présente dans nos cœurs. Cependant, malgré cette douce présence, nous ne pouvons pas, et nous ne pourrons jamais nous empêcher de ressentir le vide que ton départ laisse dans notre vie de tous les jours.
 Tu nous manque déjà, et tu vas nous manquer encore plus cruellement dans les jours à venir.
Nous prions pour que la Lumière t’accompagne aussi dans cette autre phase de vie que tu abordes à présent.
 Nous prions aussi pour vous deux.

  †

 (1)  Tron : Tonnerre. Souvent utilisé dans l’expression « tron de l’air » désignant la plupart du temps une femme active, énergique et enjouée, mais qui peu aussi signifier « la foudre » « Que le tron de l’air te cure ! ». « Cette femme, c’est un vrai tron de l’air »

http://www.visitsalondeprovence.com/fr/boutade-parle-provencal.php#t