You are currently browsing the archives for avril 2012.
Displaying 1 entry.

La Sueur et les Larmes (IV)

  • Posted on avril 11, 2012 at 13 h 40 min

Quatrième partie

Pourquoi les épreuves de la vie

Bâtiment de naissance d’Anna Katherine Emmerich à Coesfeld-Flamschen

Simon Selliest le 8 avril 2012

« S’il était besoin de nous en convaincre, il suffirait de nous rapporter à ce que Léon Denis, qui a beaucoup souffert dans sa jeunesse et dans sa vie d’homme, en a écrit dans son chapitre XXVI de son livre : Le problème de l’être et de la destinée », disions-nous dans la troisième partie de cet article.

 Mais qui lit encore ce genre de littérature ? Peu d’entre-nous en fait, nous faut-il confesser à notre grand regret. Aussi nous ne saurions manquer une occasion d’inciter ceux qui ont la bonté de nous lire ici, à lire ou à relire ces textes.

 Et comme il est toujours inutile de mal redire ce qui a été parfaitement dit par d’autres, surtout s’ils sont plus érudits et/ou plus avancés que nous dans leur évolution, nous consacrerons entièrement cette quatrième partie à ce chapitre XXVI du livre de Léon Denis.

 Nous savons très bien que ce n’est pas un livre difficile à trouver sur Amazon.com, que le texte en est même disponible gratuitement sur Internet….. Mais il y a tellement peu de personnes qui seulement en ont entendu parler, que nous n’hésitons pas une seule seconde à le reproduire ici, une fois encore.

XXVI. – LA DOULEUR.

(Extrait de Léon Denis : « Le problème de l’être, de la Destinée et de la Douleur » p. 467 à 489 Editions des sciences psychiques1918 – douzième édition -)

Tout ce qui vit souffre ici-bas : la nature, l’animal et l’homme. Et cependant l’amour est la loi de l’univers, et c’est par amour que Dieu a formé les êtres. Contradiction formidable, en apparence, problème angoissant, qui a troublé tant de penseurs et les a portés au doute et au pessimisme !

L’animal est assujetti à la lutte ardente pour la vie. Parmi les herbes de la prairie, sous le feuillage et la ramure des bois, dans les airs, au sein des eaux, partout, se déroulent des drames ignorés. Dans nos cités, se poursuit sans cesse l’hécatombe de pauvres bêtes inoffensives, sacrifiées à nos besoins, ou livrées dans les laboratoires, au supplice de la vivisection.

Quant à l’humanité, son histoire n’est qu’un long martyrologe. A travers les temps, au-dessus des siècles, roule la triste mélopée des souffrances humaines ; la plainte des malheureux monte avec une intensité déchirante qui a la régularité d’une vague.

La douleur suit chacun de nos pas ; elle nous guette à tous les détours du chemin. Et devant ce sphinx qui le fixe de son regard étrange, l’homme se pose l’éternelle question : Pourquoi la douleur ?

Est-elle, en ce qui le concerne, une punition, une expiation, comme le disent quelques-uns ? Est-elle la réparation du passé, le rachat des fautes commises ?

Au fond, la douleur n’est qu’une loi d’équilibre et d’éducation. Sans doute, les fautes du passé retombent sur nous de tout leur poids et déterminent les conditions de notre destinée. La souffrance n’est souvent que le contre-coup des violations commises envers l’ordre éternel ; mais, étant le partage de tous, elle doit être considérée comme une nécessité d’ordre général, comme un agent de développement, une condition du progrès. Tous les êtres doivent la subir à leur tour. Son action est bienfaisante pour qui sait la comprendre. Mais seuls peuvent la comprendre ceux qui ont ressenti ses effets puissants. C’est à eux surtout que j’adresse ces pages, à tous ceux qui souffrent, ont souffert ou sont dignes de souffrir !

*

*  *

La douleur et le plaisir sont les deux formes extrêmes de la sensation. Pour supprimer l’une ou l’autre, il faudrait supprimer la sensibilité. Elles sont donc inséparables, en principe, et toutes deux nécessaires à l’éducation de l’être qui, dans son évolution, doit épuiser toutes les formes illimitées du plaisir comme de la douleur.

La douleur physique produit des sensations ; la souffrance morale, des sentiments. Mais, ainsi que nous l’avons vu plus haut, dans le sensorium intime, sensation et sentiment se confondent et ne font qu’un.

Le plaisir et la douleur résident donc bien moins dans les choses extérieures qu’en nous-mêmes. Et c’est pourquoi il appartient à chacun de nous, en réglant ses sensations, en disciplinant ses sentiments, de commander aux unes et aux autres et d’en limiter les effets. Epictète disait : «Les choses ne sont que ce que nous nous figurons qu’elles sont.» Ainsi, par la volonté, nous pouvons dompter, vaincre la douleur, ou tout au moins la retourner à notre profit, en faire un instrument d’élévation.

L’idée que nous nous faisons du bonheur et du malheur, de la joie et de la peine, varie à l’infini, suivant l’évolution individuelle. L’âme pure, bonne, sage, ne peut être heureuse de la même manière que l’âme vulgaire. Ce qui charme l’une laisse l’autre indifférente. A mesure que l’on monte, l’aspect des choses change. Comme l’enfant, en grandissant, dédaigne les jeux qui le captivaient autrefois, l’âme qui s’élève recherche des satisfactions de plus en plus nobles, graves et profondes. L’esprit qui juge de haut et considère le but grandiose de la vie trouvera plus de félicité, de paix sereine dans une belle pensée, une bonne œuvre, un acte de vertu et même dans le malheur qui purifie que dans tous les biens matériels et dans l’éclat des gloires terrestres, car ceux-ci nous troublent, nous corrompent, nous grisent d’une ivresse menteuse.

Il est assez difficile de faire entendre aux hommes que la souffrance est bonne. Chacun voudrait refaire et embellir la vie à son gré, la parer de tous les agréments, sans songer qu’il n’y a pas de bien sans peine, pas d’ascension sans efforts.

La tendance générale consiste à s’enfermer dans le cercle étroit de l’individualisme, du chacun pour soi ; par là l’homme se rapetisse ; il réduit à d’étroites limites tout ce qui en lui est grand, destiné à s’étendre, à se dilater, à prendre l’essor : la pensée, la conscience, toute son âme en un mot. Or, les jouissances, les plaisirs, l’oisiveté stérile, ne font que resserrer encore ces limites, rendre plus étroits notre vie et notre cœur. Pour briser ce cercle, pour que toutes les vertus cachées s’épanchent au-dehors, il faut la douleur. Le malheur, les épreuves font jaillir en nous les sources d’une vie inconnue et plus belle. La tristesse, la souffrance nous font voir, entendre, sentir mille choses, délicates ou puissantes, que l’homme heureux ou l’homme vulgaire ne peuvent percevoir. Le monde matériel s’obscurcit ; un autre se dessine, vaguement d’abord, mais qui deviendra de plus en plus distinct, à mesure que notre regard se détache des choses inférieures et plonge dans l’illimité.

Le génie n’est pas seulement le résultat de travaux séculaires ; c’est aussi l’apothéose, le couronnement de la souffrance. D’Homère à Dante, à Camoëns, au Tasse, à Milton, et, après eux, tous les grands hommes ont souffert. La douleur a fait vibrer leurs âmes ; elle leur a inspiré cette noblesse de sentiment, cette intensité d’émotion qu’ils ont su rendre avec les accents du génie et qui les ont immortalisés. L’âme ne chante jamais mieux que dans la douleur. Quand celle-ci touche aux profondeurs de l’être, elle en fait jaillir ces cris éloquents, ces appels puissants qui émeuvent et entraînent les foules.

Il en est de même de tous les héros, de tous les grands caractères, des cœurs généreux, des esprits les plus éminents. Leur élévation se mesure à la somme des souffrances endurées. Devant la douleur et la mort, l’âme du héros, du martyr se révèle dans sa beauté touchante, dans sa grandeur tragique qui confine parfois au sublime, et l’auréole d’une lumière inextinguible.

Supprimez la douleur et vous supprimez du même coup ce qui est le plus digne d’admiration en ce monde, c’est-à-dire le courage de la supporter. Le plus noble enseignement que l’on puisse proposer aux hommes, n’est-ce pas la mémoire de ceux qui ont souffert et sont morts pour la vérité et la justice ? Y a-t-il chose plus auguste, plus vénérable que leurs tombes ? Rien n’égale la puissance morale qui s’en dégage. Les âmes qui donnèrent de tels exemples grandissent à nos yeux avec les siècles et paraissent de loin plus imposantes encore. Elles sont comme autant de sources de force et de beauté où viennent se retremper les générations. A travers le temps et l’espace, leur rayonnement, comme la lumière des astres, s’étend encore sur la terre. Leur mort a enfanté la vie, et leur souvenir, comme un subtil arôme, va jeter partout la semence des enthousiasmes futurs.

Elles nous l’ont appris, ces âmes, c’est par le dévouement, par les souffrances dignement supportées qu’on gravit les chemins du ciel. Et l’histoire du monde n’est pas autre chose que le sacre de l’esprit par la douleur. Sans elle, il ne peut y avoir de vertu complète ni de gloire impérissable.

Il faut souffrir pour acquérir et pour conquérir. Les actes de sacrifice accroissent les radiations psychiques. Il y a comme une traînée lumineuse qui suit, dans l’espace, les esprits des héros et des martyrs.

Ceux qui n’ont pas souffert ne peuvent guère comprendre ces choses, car, chez eux, la surface de l’être, seule, est défrichée, mise en valeur. Leurs sentiments n’ont pas d’ampleur ; leur cœur, pas d’effusion ; leur pensée n’embrasse que des horizons étroits. Il faut les infortunes, les angoisses, pour donner à l’âme son velouté, sa beauté morale, pour éveiller ses sens endormis. La vie douloureuse est un alambic où se distillent les êtres pour des mondes meilleurs. La forme comme le cœur, tout s’embellit d’avoir souffert. Il y a, dès cette vie, quelque chose de grave et d’attendri sur les visages que les larmes ont souvent trempés. Ils prennent une expression de beauté austère, une sorte de majesté qui impressionne et séduit.

Michel-Ange avait adopté pour règle de conduite les préceptes suivants : «Rentre en toi-même et fais comme le sculpteur fait à l’œuvre qu’il veut rendre belle ; retranche tout ce qui est superflu, rends net ce qui est obscur, porte la lumière partout et ne cesse de ciseler ta propre statue.»

Maxime sublime, qui contient le principe de tout perfectionnement intime. Notre âme est notre œuvre, en effet, œuvre capitale et féconde, qui dépasse en grandeur toutes les manifestations partielles de l’art, de la science, du génie.

Toutefois, les difficultés de l’exécution sont en rapport avec la splendeur du but. Et devant cette pénible tâche de la réforme intérieure, du combat incessant livré à la passion, à la matière, combien de fois l’artisan ne se décourage-t-il pas ? Combien de fois n’abandonne-t-il pas le ciseau ? C’est alors que Dieu lui envoie une aide, la douleur ! Elle fouille hardiment dans ces profondeurs de la conscience que l’ouvrier hésitant et malhabile ne pouvait ou ne savait atteindre ; elle en creuse les replis, en modèle les contours ; elle élimine ou détruit ce qui était inutile ou mauvais.

Et du marbre froid, sans forme, sans beauté, de la statue laide et grossière que nos mains avaient à peine ébauchée, elle fera surgir, avec le temps, la statue vivante, le chef d’œuvre incomparable, les formes harmoniques et suaves de la divine Psyché !

 *

*  *

La douleur ne frappe donc pas seulement les coupables. Sur notre monde, l’honnête homme souffre autant que le méchant. Et cela s’explique. D’abord, l’âme vertueuse étant plus évoluée, est plus sensible. De plus, elle aime souvent et recherche la douleur, en connaissant tout le prix.

Il en est encore, parmi ces âmes, qui ne viennent pas pour autre chose, ici-bas, que pour donner à tous l’exemple de la grandeur dans la souffrance. Ce sont des missionnaires, elles aussi, et leur mission n’est pas moins belle et touchante que celle des grands révélateurs. On les rencontre dans tous les temps et elles occupent tous les plans de la vie. Elles sont debout sur les sommets resplendissants de l’Histoire et on les retrouve, humbles et cachées, parmi les foules.

Nous admirons le Christ, Socrate, Antigone, Jeanne d’Arc ; mais combien de victimes obscures du devoir ou de l’amour tombent chaque jour, sur lesquelles se font le silence et l’oubli. Leurs exemples ne sont pourtant pas perdus : ils illuminent toute la vie des quelques hommes qui en sont témoins.

Pour être pleine et féconde, il n’est pas indispensable qu’une vie soit parsemée de ces grands actes de sacrifice ni couronnée par une mort qui la sacre aux yeux de tous. Telle existence morne et triste, en apparence, incolore et effacée, n’est au fond qu’un effort continuel, une lutte de tous les instants contre le malheur et la souffrance. Nous ne sommes pas juges de tout ce qui se passe dans le secret des âmes ; beaucoup, par pudeur, cachent des plaies douloureuses, des maux cruels, qui les rendraient aussi intéressantes à nos yeux que les martyrs les plus célèbres. Par le combat incessant qu’elles poursuivent contre la destinée, elles sont grandes et héroïques aussi, ces âmes ! Leurs triomphes restent ignorés, mais tous les trésors d’énergie, de passion généreuse, de patience ou d’amour qu’elles ont accumulés dans cet effort de chaque jour leur constitueront un capital de force, de beauté morale, qui peut les rendre, dans l’Au-delà, les égales des plus nobles figures de l’Histoire.

Dans l’atelier auguste où se forgent les âmes, le génie et la gloire ne suffisent pas à les faire vraiment belles. Toujours, pour leur donner le dernier trait sublime, il a fallu la douleur. Si certaines existences obscures sont devenues aussi saintes et aussi sacrées que des dévouements célèbres, c’est que chez elles la souffrance fut continue. Ce n’est pas seulement une fois, dans telle circonstance ou à l’heure de la mort, que la douleur les a élevées au-dessus d’elles-mêmes et proposées à l’admiration des siècles ; c’est parce que toute leur vie fut une immolation constante.

Et cette œuvre d’épuration lente, ce long défilé des heures douloureuses, cet affinage mystérieux des êtres qui se préparent ainsi aux ultimes ascensions, force l’admiration des Esprits eux-mêmes. C’est ce spectacle touchant qui leur inspire la volonté de renaître parmi nous, afin de souffrir et de mourir encore pour tout ce qui est grand, pour tout ce qu’ils aiment, et, par ce nouveau sacrifice, rendre plus vif leur propre éclat.

 *

*  *

Après ces considérations d’ordre général, reprenons la question dans ses éléments primaires.

La douleur physique est, le plus souvent, un avertissement de la nature, qui cherche à nous préserver des excès. Sans elle, nous abuserions de nos organes au point de les détruire avant l’heure. Lorsqu’un mal dangereux se glisse en nous, qu’adviendrait-il si nous n’en ressentions pas aussitôt les effets désagréables ? Il gagnerait de proche en proche, nous envahirait et tarirait en nous les sources de la vie.

Et même lorsque, persistant à méconnaître les avis répétés de la nature, nous laissons la maladie se développer en nous, celle-ci peut être encore un bienfait si, causée par nos abus et nos vices, elle nous apprend à les détester et à nous en corriger. Il faut souffrir pour se connaître et pour bien connaître la vie.

Epictète, que nous aimons à citer, disait encore : «C’est un faux langage de prétendre que la santé est un bien, la maladie un mal. User bien de la santé est un bien ; en user mal est un mal. User bien de la maladie, c’est un bien ; en user mal est un mal. On tire le bien de tout, et de la mort même.»

Aux âmes faibles, la maladie vient apprendre la patience, la sagesse, le gouvernement de soi-même. Aux âmes fortes, elle peut offrir des compensations d’idéal, en laissant à l’esprit le libre essor de ses aspirations, au point d’oublier les souffrances physiques.

L’action de la douleur n’est pas moins efficace pour les collectivités que pour les individus. N’est-ce pas grâce à elle que se sont constitués les premiers groupements humains ? N’est-ce pas la menace des fauves, de la faim, des fléaux qui contraint l’homme à rechercher son semblable pour s’associer à lui ? Et de leur vie commune, de leurs communes souffrances, de leur intelligence et de leur labeur est sortie toute la civilisation, avec ses arts, ses sciences, son industrie !

La douleur physique, pourrait-on dire encore, résulte de la disproportion entre notre faiblesse corporelle et l’ensemble des forces qui nous entourent, forces colossales et fécondes qui sont autant de manifestations de la vie universelle. Nous ne pouvons nous en assimiler qu’une infime partie ; mais en agissant sur nous, elles travaillent à accroître, à élargir sans cesse la sphère de notre activité et la gamme de nos sensations. Leur action sur le corps organique se répercute sur la forme fluidique ; elle contribue à l’enrichir, à la dilater, à la rendre plus impressionnable, en un mot apte à des perfectionnements nouveaux.

La souffrance, par son action chimique, a toujours un résultat utile, mais ce résultat varie à l’infini suivant les individus et leur état d’avancement. En affinant notre enveloppe matérielle, elle donne plus de force à l’être intérieur, plus de facilité à se détacher des choses terrestres. Chez d’autres, plus évolués, elle agira dans le sens moral. La douleur est comme une aile prêtée à l’âme asservie à la chair, pour l’aider à s’en dégager et à s’élever plus haut.

 *

*  *

Le premier mouvement de l’homme malheureux est de se révolter sous les coups du sort. Mais, plus tard, quand l’esprit a gravi les pentes et qu’il contemple l’âpre chemin parcouru, le défilé mouvant de ses existences, c’est avec un attendrissement joyeux qu’il se souvient des épreuves, des tribulations à l’aide desquelles il a pu gagner le faîte.

Si, aux heures d’épreuves, nous savions observer le travail intérieur, l’action mystérieuse de la douleur en nous, en notre moi, en notre conscience, nous comprendrions mieux son œuvre sublime d’éducation et de perfectionnement. Nous verrions qu’elle frappe toujours à l’endroit sensible. La main qui dirige le ciseau est celle d’un artiste incomparable ; elle ne se lasse pas d’agir jusqu’à ce que les angles de notre caractère soient arrondis, polis, usés. Pour cela, elle reviendra à la charge aussi longtemps qu’il sera nécessaire. Et sous les coups de marteau répétés, il faudra bien que la morgue, la personnalité excessive tombent chez celui-ci ; il faudra que la mollesse, l’apathie, l’indifférence disparaissent chez tel autre ; la dureté, la colère, la fureur chez un troisième. Pour tous, elle aura des procédés différents, variés à l’infini suivant les individus, mais chez tous, elle agira avec efficacité, de façon à faire naître ou à développer la sensibilité la délicatesse, la bonté, la tendresse, à faire sortir des déchirements et des larmes quelque qualité inconnue qui dormait silencieuse au fond de l’être, ou bien telle noblesse nouvelle, parure de l’âme, acquise pour jamais.

Et plus celle-ci monte, grandit, se fait belle, plus la douleur se spiritualise et devient subtile. Aux méchants il faut des épreuves nombreuses, comme sur l’arbre il faut beaucoup de fleurs pour produire quelques fruits. Mais plus l’être humain se perfectionne, plus les fruits de la douleur deviennent admirables en lui. Aux âmes frustes, mal dégrossies, incombent les souffrances physiques, les douleurs violentes ; aux égoïstes, aux avares écheront les pertes de fortune, les noires inquiétudes, les tourments de l’esprit. Puis aux êtres délicats, aux mères, aux amantes, aux épouses, les tortures cachées, les blessures du cœur. Aux nobles penseurs, aux inspirés, la douleur subtile et profonde qui fait jaillir le cri sublime, l’éclair du génie !

Oui, derrière la douleur, il y a quelqu’un d’invisible qui conduit son action et la règle suivant les besoins de chacun, avec un art, une sagesse infinis, travaillant ainsi à augmenter notre beauté intérieure, jamais achevée, toujours poursuivie, de lumière en lumière, de vertu en vertu, jusqu’à ce que nous soyons devenus des esprits célestes.

Si étonnant que cela puisse paraître à première vue, la douleur n’est qu’un moyen de la Puissance infinie pour nous attirer à elle et, en même temps, nous faire accéder plus rapidement au bonheur spirituel, le seul durable. C’est donc bien par amour pour nous que Dieu nous envoie la souffrance. Il nous frappe, il nous corrige comme la mère corrige son enfant pour le redresser et le rendre meilleur. Il travaille sans cesse à assouplir, à purifier, à embellir nos âmes, parce qu’elles ne peuvent être vraiment et complètement heureuses que dans la mesure de leurs perfections.

Et pour cela, sur cette terre d’apprentissage, Dieu a mis, à côté de joies rares et fugitives, des douleurs fréquentes et prolongées, afin de nous faire sentir que notre monde est un lieu de passage et non un but. Jouissances et souffrances, plaisirs et douleurs, Dieu a réparti ces choses dans l’existence comme un grand artiste qui, sur sa toile, a uni les ombres et les clartés pour produire un chef-d’œuvre.

 *

*  *

 La souffrance chez les animaux est déjà un travail d’évolution pour le principe de vie qui est en eux ; ils acquièrent par là les premiers rudiments de la conscience. Et il en est de même de l’être humain dans ses réincarnations successives. Si, dès ses premières étapes terrestres, l’âme vivait exempte de maux, elle resterait inerte, passive, ignorante des choses profondes et des forces morales qui gisent en elle.

Notre but est en avant ; notre destinée est de marcher vers ce but, sans nous attarder en chemin. Or, les bonheurs de ce monde nous immobilisent ; on s’y attarde ; on s’y oublie. Mais quand nous nous attardons outre mesure, la douleur vient qui nous pousse en avant.

Dès que s’ouvre pour nous une source de plaisirs, par exemple dans la jeunesse, l’amour, le mariage, et que nous nous oublions dans l’enchantement des heures bénies, il est bien rare que, peu après, une circonstance imprévue ne survienne, et l’aiguillon se fait sentir.

A mesure que nous avançons dans la vie, les joies diminuent et les douleurs augmentent. Le corps devient plus pesant, le fardeau des ans plus lourd. Presque toujours, l’existence commence dans le bonheur et finit dans la tristesse. Le déclin amène pour la plupart des hommes la période morose de la vieillesse, avec ses lassitudes, ses infirmités, ses abandons. Les lumières s’éteignent, les sympathies, les consolations se retirent ; les rêves, les espérances s’évanouissent. Les fosses se creusent, de plus en plus nombreuses, autour de nous. Alors s’ouvrent de longues heures d’immobilité, d’inaction, de souffrance. Elles nous obligent à rentrer en nous-mêmes, à passer souvent en revue les actes et les souvenirs de notre vie. C’est là une épreuve nécessaire, afin que l’âme, avant de quitter son enveloppe, acquière cette maturité, ce jugement, cette clairvoyance des choses qui seront le couronnement de sa carrière terrestre. Aussi, lorsque nous maudissons les heures en apparence stériles et désolées de la vieillesse infirme, solitaire, nous méconnaissons un des plus grands bienfaits que la nature nous offre. Nous oublions que la vieillesse douloureuse est le creuset où se complètent les épurations.

A ce moment de l’existence, les rayons et les forces que, durant les années de jeunesse et de virilité, nous dispersions de toutes parts dans notre activité et notre exubérance, se concentrent, convergent vers les profondeurs de l’être, attisant la conscience et procurant à l’homme plus de sagesse et de maturité. Peu à peu, l’harmonie se fait entre nos pensées et les radiations extérieures ; la mélodie intime s’accorde avec la mélodie divine.

Il y a alors, dans la vieillesse résignée, plus de grandeur et de beauté sereine que dans l’éclat de la jeunesse et la puissance de l’âge mûr. Sous l’action du temps, ce qu’il y a de profond, d’immuable en nous se dégage, et le front de certains vieillards s’auréole des clartés de l’Au-delà.

A tous ceux qui demandent : Pourquoi la douleur ? je réponds : Pourquoi polir la pierre, sculpter le marbre, fondre le vitrail, marteler le fer ? C’est afin de bâtir et d’orner le temple magnifique, plein de rayons, de vibrations, d’hymnes, de parfums, où tous les arts se combinent pour exprimer le divin, préparer l’apothéose de la pensée consciente, célébrer la libération de l’esprit !

Et voyez le résultat obtenu ! De ce qui était en nous éléments épars, matériaux informes et parfois même, chez le vicieux et le déchu, ruines et débris, la douleur a dressé, construit dans le cœur de l’homme un autel splendide à la Beauté morale, à la Vérité éternelle.

La statue, dans ses formes idéales et parfaites, est enfouie, cachée dans le bloc grossier. Quand l’homme n’a pas l’énergie, le savoir, la volonté de frapper, alors, avons-nous dit, vient la douleur. Elle prend le marteau, le ciseau et peu à peu, à coups violents, ou bien sous le lent et persistant travail du burin, la statue vivante se dessine en ses contours souples et merveilleux ; sous le quartz brisé, l’émeraude étincelle !

Oui, pour que la forme se dégage dans ses lignes pures et délicates, que l’esprit triomphe de la substance, que la pensée jaillisse en élans sublimes et que le poète trouve ses accents immortels, le musicien ses suaves accords, il faut dans nos cœurs l’aiguillon de la destinée, les deuils et les pleurs, l’ingratitude, les trahisons de l’amitié et de l’amour, les angoisses et les déchirements ; il faut les cercueils chéris qui descendent sous la terre, la jeunesse qui s’enfuit, la vieillesse glacée qui monte, les déceptions, les tristesses amères qui se succèdent. Il faut à l’homme des souffrances comme au fruit de la vigne le pressoir qui en extrait la liqueur exquise !

 *

*  *

Considérons encore le problème de la douleur au point de vue des sanctions pénales.

On a reproché à Allan Kardec d’avoir trop insisté dans ses œuvres sur l’idée du châtiment et d’expiation. Celle-ci a soulevé de nombreuses critiques. Elle donne, nous dit-on, une fausse notion de l’action divine ; elle entraîne un luxe de punitions incompatibles avec la suprême Bonté.

Ce jugement résulte d’un examen trop superficiel des ouvrages du grand initiateur. L’idée, l’expression de châtiment, excessive peut-être si on s’attache à certains passages isolés, mal interprétés dans beaucoup de cas, s’atténue et s’efface lorsqu’on étudie l’œuvre entière.

C’est surtout dans la conscience, nous le savons, qu’est la sanction du bien et du mal. Elle enregistre minutieusement tous nos actes et, tôt ou tard, devient un juge sévère pour le coupable, qui, par suite de son évolution, finit toujours par entendre sa voix et subir ses arrêts. Pour l’esprit, les souvenirs du passé s’unissent au présent dans l’espace et forment un tout inséparable. Il vit en dehors de la durée, au-delà des limites du temps et souffre aussi vivement des fautes lointaines que des plus récentes. Aussi demande-t-il souvent une réincarnation rapide et douloureuse, qui rachètera le passé, tout en faisant trêve à ses souvenirs obsédants.

Avec la différence de plan, la souffrance changera d’aspect. Sur terre, elle deviendra à la fois physique et morale et constituera un mode de réparation. Elle plongera le coupable dans sa flamme pour le purifier ; elle reforgera dans le laminoir de l’épreuve l’âme déformée par le mal. Ainsi, chacun de nous a pu ou pourra effacer son passé, les tristes pages du début de son histoire, les fautes graves, commises lorsqu’il n’était qu’un esprit ignorant ou fougueux. Par la souffrance nous apprendrons l’humilité, en même temps que l’indulgence et la compassion pour tous ceux qui succombent autour de nous sous la poussée des instincts inférieurs, comme cela nous est arrivé à nous-mêmes, tant de fois, jadis.

Ce n’est donc pas par vengeance que la loi nous frappe, mais parce qu’il est bon et profitable de souffrir, puisque la souffrance nous libère en donnant satisfaction à la conscience, dont elle exécute le verdict.

Tout se rachète et se répare par la douleur. Nous l’avons vu, il y a un art profond dans les procédés qu’elle met en œuvre pour façonner l’âme humaine et, lorsqu’elle est égarée, la ramener dans l’ordre sublime des choses.

On a souvent parlé d’une loi du talion. En réalité, la réparation ne se présente pas toujours sous la même forme que la faute commise. Les conditions sociales, l’évolution historique s’y opposent. En même temps que les supplices du moyen âge, bien des fléaux ont disparu. Cependant la somme des souffrances humaines, sous leurs formes variées, innombrables, se représente toujours proportionnée à la cause qui les produit. En vain des progrès se réalisent, la civilisation s’étend, l’hygiène et le bien être se développent. Des maladies nouvelles apparaissent et l’homme est impuissant à les guérir. Il faut reconnaître en cela la manifestation de cette loi supérieure d’équilibre dont nous avons parlé. La douleur sera nécessaire tant que l’homme n’aura pas mis sa pensée et ses actes en harmonie avec les lois éternelles ; elle cessera de se faire sentir dès que l’accord sera établi. Tous nos maux viennent de ce que nous agissons dans un sens opposé au courant de la vie divine ; si nous rentrons dans ce courant, la douleur disparaît avec les causes qui l’ont fait naître.

Longtemps encore, l’humanité terrestre, ignorante des lois supérieures, inconsciente du devenir et du devoir, aura besoin de la douleur, pour la stimuler dans sa voie, pour transformer ce qui prédomine en elle, les instincts primitifs et grossiers, en sentiments purs et généreux. Longtemps l’homme devra passer par l’initiation amère pour arriver à la connaissance de lui-même et de son but. Il ne songe présentement qu’à appliquer ses facultés et son énergie à combattre la souffrance sur le plan physique, à augmenter le bien-être et la richesse, à rendre plus agréables les conditions de la vie matérielle. Mais ce sera en vain. Les souffrances pourront varier, se déplacer, changer d’aspect, la douleur n’en persistera pas moins, tant que l’égoïsme et l’intérêt régiront les sociétés terrestres, tant que la pensée se détournera des choses profondes, tant que la fleur de l’âme ne sera pas épanouie.

Toutes les doctrines économiques et sociales seront impuissantes à réformer le monde, à pallier les maux de l’Humanité, parce que leur base est trop étroite et qu’elles placent dans l’unique vie présente la raison d’être, le but de cette vie et de tous nos efforts. Pour éteindre le mal social, il faut élever l’âme humaine à la conscience de son rôle, lui faire comprendre que son sort dépend d’elle seule, et que sa félicité sera toujours proportionnelle à l’étendue de ses triomphes sur elle-même et de son dévouement pour les autres.

Alors la question sociale sera résolue par la substitution de l’altruisme au personnalisme exclusif et étroit. Les hommes se sentiront frères, frères et égaux devant la loi divine qui répartit à chacun les biens et les maux nécessaires à son évolution, les moyens de se vaincre et de hâter son ascension. Dès ce jour, seulement, la douleur verra diminuer son empire. Fruit de l’ignorance et de l’infériorité, fruit de la haine, de l’envie, de l’égoïsme, de toutes les passions animales qui s’agitent encore au fond de l’être humain, elle s’évanouira avec les causes qui la produisent, grâce à une éducation plus haute, à la réalisation en nous de la beauté morale, de la justice et de l’amour.

Le mal moral est dans l’âme seule, dans ses dissonances avec l’harmonie divine. Mais, à mesure qu’elle monte vers une clarté plus vive, vers une vérité plus large, vers une sagesse plus parfaite, les causes de souffrances s’atténuent, en même temps que se dissipent ses vaines ambitions, ses désirs matériels. Et d’étapes en étapes, de vies en vies, elle pénètre dans la grande lumière et la grande paix, où le mal est inconnu, où le bien, seul, règne !

 *

*  *

 Bien souvent, j’ai entendu dire par certaines personnes dont l’existence fut pénible et semée d’épreuves : «Je ne voudrais pas renaître en une vie nouvelle ; je ne veux pas revenir sur la terre.» Quand on a beaucoup souffert, que l’on a été violemment secoué par les orages de ce monde, il est très légitime d’aspirer au repos. Je comprends qu’une âme accablée recule à la pensée de recommencer cette bataille de la vie, où elle a revu des blessures qui saignent encore. Mais la loi est inexorable. Pour monter plus haut dans la hiérarchie des mondes, il faut avoir laissé ici-bas tout l’encombrant bagage des goûts, des appétits qui nous attache à la terre. Ces liens, nous les emportons trop souvent avec nous dans l’Au-delà et ce sont eux qui nous retiennent dans les basses régions. Parfois, nous nous croyons capables et dignes de gagner les altitudes et, à notre insu, mille chaînes nous rivent encore à cette planète inférieure. Nous ne comprenons ni l’amour dans sa sublime essence, ni le sacrifice tel qu’on le pratique dans ces humanités épurées où l’on ne vit plus pour soi ou pour quelques-uns, mais pour tous. Or, ceux qui sont mûrs pour une telle vie peuvent seuls la posséder. Pour s’en rendre dignes, il faudra donc redescendre encore dans le creuset, dans la fournaise où fondront comme cire les duretés de notre cœur. Et lorsque les scories de notre âme auront été rejetées, éliminées, quand notre essence sera devenue exempte d’alliage, alors Dieu nous appellera à une vie plus haute, à une tâche plus belle.

Par-dessus tout, il faut mesurer à leur juste valeur les soucis, les tristesses de ce monde. Pour nous, ce sont choses bien cruelles ; mais comme tout cela se rapetisse et s’efface si on le considère à distance, si l’esprit, s’élevant au-dessus des détails de l’existence, embrasse d’un large regard les perspectives de sa destinée. Celui-là seul saura peser, mesurer ces choses, dont la pensée sonde sans trouble les deux océans de l’espace et du temps : l’immensité et l’éternité !

O vous tous qui vous plaignez amèrement des déceptions, des petites misères, des tribulations dont toute existence est semée et qui vous sentez envahis par la lassitude et le découragement, si vous voulez retrouver la résolution, le courage perdus, si vous voulez apprendre à braver allègrement la mauvaise fortune, à supporter, résignés, le sort qui vous échoit, jetez un regard attentif autour de vous. Considérez les douleurs trop ignorées des petits, des déshérités, les souffrances de milliers d’êtres qui sont hommes comme vous ; considérez ces afflictions sans nombre : aveugles privés du rayon qui guide et réjouit, paralytiques, impotents, corps que l’existence a tordus, ankylosés, brisés, qui pâtissent de maux héréditaires ! Et ceux qui manquent du nécessaire, sur qui l’hiver souffle, glacial ! Songez à toutes ces vies mornes, obscures, souffreteuses ; comparez vos maux trop souvent imaginaires aux tortures de vos frères de douleurs, et vous vous estimerez moins malheureux ; vous reprendrez patience et courage et, de votre cœur, descendra sur la foule des humains, sur tous ces pèlerins de la vie qui se traînent accablés sur le chemin aride, le sentiment d’une pitié sans bornes et d’un immense amour !

 *

*  *