You are currently browsing all posts tagged with 'Domus Dei'.
Displaying 1 entry.

Le pot, le terreau, la plante…. et la médiumnité(II)

  • Posted on août 9, 2013 at 16 h 37 min

(Deuxième partie)

Images   Georges Aurach Domus Deï

George Aurach : Domus Deï Planche X

 

Simon Selliest le 23 janvier 2011

Revu et complété le 30 juillet 2013

Revu et complété le 10 aout 2013

 Suite de la première partie…

 Bien ! La parabole du semeur est connue, et le jardinage n’est pas chez nous une passion ardente, me direz-vous…. Mais que vient faire la médiumnité dans cette histoire ?

Eh bien, disons que la médiumnité, c’est en quelque sorte la plante dont nous sommes, nous, le terreau.

Quant nous avons la « l’insigne honneur(1) » d’avoir une médiumnité suffisante pour nous permettre de recevoir des « messages », sous une forme ou une autre, messages cryptographiques ou intuitifs, messages de soins, messages de « bonne parole », messages d’amour… il convient de commencer par nous demander, avant même d’en faire état « urbi et orbi », à quoi devrait nous servir réellement cette médiumnité, ces messages, et surtout, qui nous envoie ces messages.

 Bien que ces questions soient finalement très élémentaires, pour ne pas dire basiques, il n’en est pas moins très difficile d’y répondre, surtout si nous avons l’humilité et le courage suffisants pour oser aller au fond des choses, au bout de nos interrogations. Ce qui fait d’ailleurs, « assez curieusement » que beaucoup de médiums ne se les posent pas….

 Nous parlons de courage et d’humilité, car il nous faut bien reconnaître qu’il s’agit là d’un véritable « voyage initiatique(2) » au sein de notre personnalité, et il est souvent difficile d’en revenir indemne.  Surtout s’il s’agit d’un « voyage méditatif et interrogatif ».  D’ailleurs nous savons bien, nous qui avons déjà fait un ou plusieurs de ces voyages initiatiques, que nul d’entre nous n’est jamais revenu d’un tel voyage, identique à lui-même, identique à celui ou celle qu’il ou elle était au départ… Ou alors il ou elle a fait un « autre voyage », mais pas un voyage initiatique !

 Comme il appartient à chacun de choisir le moment et les circonstances de « son voyage initiatique », de le faire à sa convenance, mais sans délais, sans trop de retard non plus (3) nous nous bornerons de donner ici quelques repères, pouvant servir tout à la fois de point de départ et/ou de panneaux indicateurs sur ce difficile chemin.

 Dans le nombre infini de questions que pose la médiumnité, il est donc possible de se poser celles ci-dessous, qui sont loin de former une liste exhaustive, mais qui peuvent être considérées comme de « simples » questions de « bon sens » :

  • Si une plante à besoin d’un bon sol, ou d’un bon terreau pour croître et embellir, est-ce que je suis, moi personnellement ce « bon terreau, pulvérulent et fécond », ce bon sol, pour faire croître et embellir ma médiumnité, les messages qu’elle me permet de recevoir, et surtout « l’esprit » de ces messages ?

  • Et d’abord, est-ce que « je suis un assez bon terreau », dans mon corps et dans mon esprit, pour qu’une Entité spirituellement élevée vienne y déposer une plante « rare et fragile » comme peut l’être un précieux enseignement spirituel ? Un bon jardinier perd-t-il sa peine et son temps à planter ses plantes délicates dans un mauvais sol, à un mauvais endroit, là où il sait qu’elles n’ont aucune chance de bien pousser ? Nous ne le croyons pas, ou alors ce n’est pas « un bon jardinier », et il est préférable de se passer de ses services.

  • Si nous nous posons la question d’être ou ne pas être un bon terreau, nous ne pouvons pas non plus, nous dispenser de nous poser aussi la question de notre façon de vivre, de notre façon de penser, de notre façon de parler, de notre façon de manger et de boire. Pouvons-nous croire, en toute sincérité et ne serait-ce qu’un seul instant, que le « Christ » en personne, ou la « Vierge Marie » Elle-même(4), qui depuis près de 10 siècles, symbolise dans nos mémoires collectives, la pureté « virginale », viennent nous incorporer de près ou de loin, si notre haleine est chargée des relents des cigarettes et de l’alcool que nous consommons, si notre esprit est pollué de pensées égocentriques et/ou bassement matérielles, si notre corps tout entier est malade de nos excès passés.

« Si je ne te lave pas, tu ne peux avoir part avec moi. »   

                                                                               Jean XIII, 8 Traduction TOB édition 1988

Disait le Christ à Pierre son disciple, dont il savait pourtant qu’il le renierait par trois fois avant le chant du coq…..

  • Qui oserait croire, que si son esprit n’est formé uniquement qu’à des raisonnements primaires et simplistes, il serait aussi capable de recevoir, de comprendre et d’interpréter des messages de hautes portées philosophiques, religieuses ou spirituelles énoncés dans cette langue secrète dont parlent les Maîtres (5) !

  • Est-il possible de croire aussi en toute sincérité et plus simplement, que la même bouche dont sort habituellement un langage grossier et avilissant, ou de basses médisances, d’affreuses calomnies, des paroles blessantes, puisse aussi transmettre un enseignement de haute portée spirituelle, un message d’amour, un message de consolation ?

A suivre…

Notes

(1)   Nous aurons l’occasion de revenir plus longuement sur ce sujet dans une autre partie de ce texte.

(2) Le terme de « voyage initiatique », dont il est question ici, n’est nullement un voyage dans un lointain pays pour y rencontrer un « gourou » de grande réputation… D’abord parce que nous entretenons une certaine méfiance instinctive vis-à-vis de tels « gourous », vivant des « dons » de ses « disciples » et surtout parce qu’il ne s’agit que « d’oser se regarder nu dans une glace ». A ce moment là, si notre égo n’est pas trop démesuré, « notre regard » aura peut-être beaucoup de mal à en supporter la vision…

(3) Cf. : « Le quai, les bagages et le train » http://www.spiritisme-allan-kardec-astrologie-philosophie-hermetique.com/tph/tph),

(4)  Il n’est qu’à lire les messages postés sur internet, ou à écouter parler la plupart des « médiums », pour ce rendre compte du nombre considérable de messages ainsi signés… Mais à les lire avec un peu de « bon sens », il est souvent difficile aussi, de ne pas se demander si ces Entités, fondements de la foi chrétienne, auraient toute leur raison, ou simplement si Elles sont à même de maîtriser un français élémentaire…

(5) Cf. « Que faut-il entendre par Philosophie Hermétique » : http://www.concordances-spirituelles.com/?p=451 ou encore : « Médiumnité passive et enseignement interactif » : http://www.concordances-spirituelles.com/?p=861

 Bibliographie

  • Allan Kardec ; le Livre des Esprits (différentes éditions et sur Internet)
  • Allan Kardec ; le Livre des médiums (différentes éditions et sur Internet)
  • Léon Denis : Le problème de l’être, de la destinée et de la douleur (Édition Librairie des sciences psychiques 1918)
  • Tao Tö King Traduction de Conradin Von Lauer (différentes éditions)
  • Le Nouveau Testament (dans la traduction préférentielle propre à chacun d’entre nous)
  • Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus Histoire d’une âme (édition du Carmel 1911)
  • Vie de N. S. Jésus Christ écrite par Clément Brentano d’après les visions de :
    Anne Catherine Emmerich (Éditions de 1860 par Ambroise Bray, Libraire  Éditeur 66 Rue des Saints Pères, Paris)