You are currently browsing all posts tagged with 'Kardec'.
Displaying 1 entry.

Médiumnité passive et Enseignements interactifs (I)

  • Posted on octobre 12, 2011 at 15 h 02 min

Première partie

(Les messages médiumniques)

Résultat de recherche d'images pour "image d'un ange"

Simon Selliest le 19 septembre 2011

 Au fil de nos séances de spiritisme, les messages se succédaient, souvent dans la logique des mêmes sujets, toujours différents dans leur forme et leur contexte, mais très souvent reposant sur les mêmes enseignements.
 Cette « répétition » ne pouvait finir que par se faire s’interroger chacun d’entre nous, sur leurs motivations et leurs buts, pour peu que nous nous rappelions un tant soi peu, notre devoir de respect envers Ceux qui, esprits nettement plus évolués que nous, consentaient à venir dans les basses vibrations terrestres pour nous dispenser quelques parcelles de leur profonde Sagesse(1) –  .
 En effet, pourquoi cette répétition, inlassable et patiente des mêmes enseignements, en apparence simples, sinon basiques ? Nos esprits étaient-ils si peu instruits de la Sagesse Divine ?  Etions-nous aussi peu évolués que nous ne puissions comprendre ce qui nous était dit dans un langage courant et simple ? Ou bien, ces messages étaient-ils un enseignement hautement hermétique, qu’il convenait de patiemment déchiffrer…. Nous avions beau nous interroger sur la multitude des réponses possibles à apporter à cette « simple question », aucune des réponses que nous pouvions y apporter ne nous satisfaisait pas.
 Nous nous sommes donc, personnellement, longtemps posé cette question.
 Enfin, un jour que nous relisions « le Prophète » (dont nous donnons plus bas le passage complet(2)), deux phrases firent « raisonnance(3) » dans notre esprit :

 « Le maître qui marche à l’ombre du temple, parmi ses disciples, ne donne pas de sa sagesse mais plutôt de sa foi et de son amour.

S’il est vraiment sage, il ne vous invite pas à entrer dans la maison de sa sagesse, mais vous conduit plutôt au seuil de votre propre esprit. »

 Il nous apparut alors, que les messages reçus en séance n’étaient donc que les signets des pages qui n’avaient pas encore été lues par notre groupe. Ces pages avaient été « simplement » placées en puissance dans la « connaissance » du médium qui avait reçu ces messages, et dans celle de ceux qui les avaient écoutés. Mais pour pouvoir les lire pleinement, il fallait d’abord, de toute évidence, que chacun d’entre nous « couche sur le papier » les messages qu’il avait reçu, afin de les matérialiser, avec ses mots, avec sa foi… et surtout avec sa propre médiumnité.
 Un exercice d’écriture est toujours une aventure intellectuelle dont nul ne peut soupçonner, à priori, ni la forme, ni l’étendue de la difficulté. Car non seulement, il est nécessaire que le texte ait été longuement mûri dans les arcanes de la pensée subconsciente, qu’il ait été nourri de la réflexion et de la méditation de la pensée profonde, mais aussi et surtout qu’il ait été poli à l’expérience des choses de Vie et de la Mort qui a été accumulée au fil des ans et des évènements qui ont pu y survenir dans la vie courante de tout un chacun.
 C’est bien là, croyons-nous, ce qu’à voulu nous enseigner Khalil Gibran, par l’admirable concision de ses mots.
 Celle ou celui qui laisse son esprit se livrer à cette longue maturation de sa pensée, aura ainsi dépassé les limites de sa propre connaissance, travaillé sa propre médiumnité et pourra enfin permettre à ceux qui voudront bien le lire, d’avancer dans leur propre connaissance, à leur manière, à leur rythme, et dans leur propre voie.
 Une maison ne se construit pas seulement par le travail d’un maçon.
 Certes, dans les modes de vie moyenâgeux, un bon maçon concevait et bâtissait seul une maison. Mais c’était alors un édifice simple et rustique, suffisant à abriter des êtres durs à la souffrance et peu exigeants sur le « confort » (un terme qu’ils ne devaient même pas connaître…..).
 Mais nos civilisations ont évolué et les femmes et les hommes aussi. Qui, de nos jours accepterait de vivre à la manière des serfs d’une époque heureusement révolue ? Les maisons sont donc devenus infiniment plus complexes car voulues plus confortables et plus « domotisées ». Certes le maçon fait toujours le travail le plus visible, mais un architecte en a conçu l’emplacement et les plans, des pelleteuses en ont creusé les fondations et des centrales à béton ont fourni les tonnes de béton nécessaire à la coulée de celles-ci. Après le maçon, viendront encore les électriciens, les plâtriers, les menuisiers, les monteurs d’isolation et de cloisons, les carreleurs, les décorateurs, les tapissiers, les peintres, etc., etc.
 Chacun donc, « apporte sa pierre » à l’édifice. Et l’édifice grandit ainsi en solidité et en beauté.
 Il en va de même des enseignements reçus en séance. Un médium aura une vision, un autre parlera, un troisième ressentira un environnement particulier, un autre écrira ou apportera ses émotions, etc…. Tous ces apports ne sont pas toujours corrélés, du moins en apparence. C’est pour cela qu’il appartient aux intervenants de séance spirites d’en rechercher, après coup, à la fois le fil directeur et l’approfondissement des significations globales de tous ces ressentis. Et là encore, chacun, par ses recherches, expliquées à tous, contribuera à la construction d’un enseignement structuré, peut-être même à un enseignement à haute portée, et qui pourra servir à beaucoup par la suite.
 Nous n’irons pas plus loin, ici, dans la définition et dans la description de ce que nous croyons être un des bons usages de certaines médiumnités, car d’abord, il y a un très grand nombre de médiumnité(4), et ensuite, nous n’avons reçu licence de ne parler que de l’usage des messages reçus en nos séances spirites.
 Mais, conformément à ce qui a été dit ci-dessus, il n’est interdit à personne, de réfléchir à son tour, sur les prolongements possibles de ce texte.
 Notes

(1)   Le mot a été écrit dans le sens étymologique suivant :

Chez les philosophes grecs ou dans la tradition orientale, la sagesse (« sophia » en grec) est l’idéal de la vie humaine. Il peut se définir comme un état de réalisation qui s’appuie sur une connaissance de soi et du monde, s’accompagne d’un bonheur suprême et correspond à l’état de perfection le plus élevé que puisse atteindre l’humain et son esprit.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sagesse

Mais il n’est pas interdit de réfléchir sur les autres définitions données dans le même article de l’incontournable Wikipedia.

 (2) Extraits du Prophète :

Alors, dit un Professeur, Parlez-nous d’Enseignement.

Et il dit :

Aucun homme ne peut rien vous révéler sinon ce qui repose déjà à demi endormi dans l’aube de votre connaissance.

Le maître qui marche à l’ombre du temple, parmi ses disciples, ne donne pas de sa sagesse mais plutôt de sa foi et de son amour.

S’il est vraiment sage, il ne vous invite pas à entrer dans la maison de sa sagesse, mais vous conduit plutôt au seuil de votre propre esprit.

Lastronome peut vous parler de sa compréhension de lespace, mais il ne peut pas vous donner sa compréhension.

Le musicien peut chanter pour vous la mélodie qui est en tout espace, mais il ne peut vous donner l’oreille qui saisit le rythme, ni la voix qui lui fait écho.

Et celui qui est versé dans la science des nombres peut parler du domaine des poids et des mesures, mais ne peut vous y conduire.

 Car la vision d’un homme ne prête pas ses ailes à un autre homme.

 Et de même que chacun de vous se tient seul dans la connaissance de Dieu, de même chacun de vous doit être seul dans sa connaissance de Dieu et dans sa compréhension de la terre.

Khalil Gibran : Le Prophète édition Casterman 1956  p. 56

 (3)   Le mot  « résonnance » a volontairement été écrit sous cette fausse orthographe : « raisonnance », afin de bien faire remarquer le processus de pensée qui, souvent à notre insu consciente, nous conduit à trouver une solution à nos interrogations

 (4) Cf. Allan Kardec « Le livre des médiums » et notamment le chapitre XV page 194 de l’édition 1862.