You are currently browsing all posts tagged with 'Notre Père qui êtes aux cieux'.
Displaying 1 entry.

Notre Père qui êtes aux Cieux…

  • Posted on février 12, 2014 at 19 h 00 min

 Simon Selliest le 12 février 2014

Dans l’édition originale de « l’Évangile selon le spiritisme », écrit par Allan Kardec dans les circonstances qui sont bien connues, et publiée par Ledoyen, Dentu, Fred. Henri libraires au Palais Royal en 1864, l’auteur avait jugé bon d’inclure en fin d’ouvrage (page 332) un « Recueil de prières spirites ». Celui-ci commençait, en toute obédience chrétienne, par la prière certainement la plus utilisée par l’ensemble des Chrétiens dans le monde, et qui prend ses sources dans les Évangiles selon Saint Matthieu (chapitre VI v9 à 13) et Saint Luc (chapitre XI v1 à 4), lorsque le Christ montre à l’humanité, comment prier son Père. Voici d’ailleurs la prière telle qu’elle fut reproduite par Allan Kardec.

 

Notre Père, qui êtes aux cieux, que votre nom soit sanctifié !
Que votre règne arrive !
Que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel !
Donnez-nous notre pain de chaque jour.
Remettez-nous nos dettes comme nous les remettons à ceux qui nous doivent.
Pardonnez-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés.
Ne nous abandonnez point à la tentation, mais délivrez-nous du mal (1).
Ainsi soit-il.
À noter que le vouvoiement général et la formulation de la septième ligne :

 

Ne nous abandonnez point à la tentation, mais délivrez-nous du mal »
 semblaient contenter les exégètes des Évangiles, puisque un grand nombre des traductions de Bible de cette époque les employait.
Mais au cours des décennies qui suivirent, bien que le Vatican changea plusieurs fois la formulation de cette phrase, elle semblait toujours poser, quelle qu’elle soit, un problème de doctrine à l’un ou à l’autre des courants spirituels de la Chrétienté. Ainsi « d’accord » en « accord », en 1966 le Concile de Vatican II adopta la formulation :
 » Et ne nous soumet pas à la tentation »
Ce qui, à notre très modeste place de chrétien anonyme, nous a toujours semblé une aberration spirituelle. En effet comment peut-on réduire un « Dieu Tout-Puissant » au rôle d’un Satan malfaisant, passant son temps à essayer de tenter chacun de nous depuis son échec avec Jésus sur la montagne (2) ?
Ce fut ainsi que la formulation fut changée de nouveau en 1993…(3)
Puis, pendant 17 ans, une équipe de 70 spécialistes (4) de la Bible a travaillé sur des documents anciens de sources hébraïques, araméennes, et grecques. Ces exégètes travaillèrent d’abord en solitaire, puis de façon collégiale, afin de livrer la finalité de leurs travaux sous la forme de la « Bible, Traduction Officielle Liturgique » parue en novembre 2013.(4)
Entre autres modification, notons non sans plaisir, le nouveau texte de cette prière, qui est donc aujourd’hui :

 

« Notre Père, qui es aux Cieux,
Que ton nom soit sanctifié,
Que ton règne vienne,
Que ta volonté soit faite,
Sur la Terre comme au ciel,
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour,
Pardonne-nous nos offenses,
Comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés,
Et ne nous laisse pas entrer en tentation,
Mais délivre-nous du mal,
Car c’est à Toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire pour les siècles des siècles. Amen »

 

Bien que l’action « d’entrer en tentation » (comme on « entrerait en religion » ?) choque encore quelque peu notre esprit « simple », dirions-nous quand même notre contentement de voir enfin ce « Dieu Tout-Puissant » à qui nous rendons grâce chaque fois que l’occasion nous en est donnée, délivré de cette basse besogne d’aller soumettre chacun de nous à la tentation ?

Notes

(1)    » Ne nous abandonnez point à la tentation » est aussi la traduction mot à mot de la formule utilisée dans la Bible traduction Lemaistre de Sacy de 1848. Mais déjà, il existait aussi une formulation différente venant d’une autre traduction de la version latine : « et ne nos inducas in tentationem » , soit « Ne nous nous laisse pas entrer en tentation »

(2)   Cf. « La tentation du Christ » : http://fr.wikipedia.org/wiki/Tentation_du_Christ

(3)   Pour plus de précision sur les changements de formulation, nous renvoyons le lecteur studieux vers (http://fr.wikipedia.org/wiki/Notre_P%C3%A8re ) et (http://www.camer.be/29605/10:1/vatican—priere-quotidienne-caduque—le-vatican-modifie-le-notre-pere-.html), et bien d’autres sites…

(4)   Est-ce un rappel discret à la traduction des « Septantes » ?

(5)   Éditions AELF/Mame