You are currently browsing all posts tagged with 'Trismosin Salomon'.
Displaying 1 entry.

Médiumnité passive et Enseignements Interactifs (II)

  • Posted on octobre 23, 2011 at 9 h 43 min

Deuxième partie

(Premières explications de messages reçus)

Trismosin Salomon : Splendor Solis XIV° planche (Edition 1523)

 

Simon Selliest le 21 octobre 2011

Depuis plusieurs séances la question faisait débat dans notre groupe.
 Certains d’entre nous avaient de très belles visions, d’autres des messages très flatteurs, et nous tous, nous nous réjouissions du « Travail » que nous faisions…..
 Tout était donc au mieux dans le meilleur des mondes…… Sauf que…..
 Sauf que, nous avions oublié une Loi fondamentale de l’évolution spirituelle(1) ! Rien ne peut être acquis « complètement » dans notre monde terrestre et dans le monde spirituel (le monde des esprits) sans un lourd, patient et très long apprentissage des choses de la Vie et de la Mort.
 Cet apprentissage là ne se fait pas dans les écoles ou dans les universités de notre monde terrestre, ou du moins il ne s’y fait que pour la partie concernant les connaissances humaines actuelles. Ce qui n’est pas forcément inutile, du point de vue de la complète évolution personnelle. Cela peut même être une aide, sans être toutefois obligatoire au début, dans « l’autre apprentissage », l’apprentissage de la Connaissance.
 Car cet apprentissage de la Connaissance ne peut se faire qu’en nous. De fait, la Connaissance est déjà en nous, à quelque niveau que nous en soyons de notre évolution spirituelle(1). Mais il nous est impossible de la découvrir avant d’avoir d’abord travaillé bien des vertus personnelles, bien des valeurs « d’intelligence de cœur » et bien des valeurs charismatiques(7) de probité et de simplicité.
 Et ce n’est pas là une mince affaire, contrairement à ce que l’on en pense généralement. Cela peut prendre même un grand nombre de vies.
 Alors, dans cette séance, aux derniers beaux jours d’un été qui empiétait très largement sur l’automne, il nous a été donné une fois de plus, un Enseignement par une symbolique – comme souvent à notre vision bien trop nombriliste – apparemment quelque peu disparate et fractionnée…. Mais nous savions, par la force des choses, que nous aurions eu tort de nous arrêter à la forme de ces symboles, sans nous préoccuper de leurs significations profondes et leurs réelles cohésions, par un long travail de méditation médiumnique.
 Voici les symboles qui nous furent donnés :
  • Un cheval de bois à bascule, comme celui avec lequel jouaient des enfants d’un temps révolu. D’un temps où les jeux vidéo n’existaient pas et où les enfants savaient encore emplir leurs têtes de rêves magnifiques avec peu de choses « simples ».
  • Puis à chacun d’entre nous fut présenté un symbole :
  • Une lance de tournoi médiéval,
  • Un gladiateur de la Rome antique, armé d’un filet et d’un bouclier, réunissant ainsi la symbolique de l’offensive (le Rétiaire(3)) et de l’attaque (le Secutor(2) ),
  • Une très belle cape royale rouge ornée de fleurs de lys,
  • Une grande épée de taille dont les Chevaliers se servaient lors des Croisades, et qui au Moyen âge, était l’arme favorite des impétrants au Jugement de Dieu dans les ordalies.
  • Un bateau qui avait l’ancre relevée, certainement pour s’apprêter à prendre le large.
  • Un homme de guerre, l’épée au coté, vêtu d’un habit et d’un chapeau noir que venait éclairer une chemise blanche dont les manches se finissait en larges volants. Un homme loyal à son Roi.
 Puis au fil de la séance, d’autres visions se firent :
  • sur un grand escalier de marbre qui conduisait au « quatrième étage », devant une grande et lourde porte. Derrière cette porte se trouvait la Connaissance, nous dit-on. Alors fut posée, par l’une d’entre nous, et non sans judicieuses raisons, la question suivante : « aurons-nous la force d’ouvrir cette porte ? ».
  • Un sablier, couché sur le coté, symbolisant le temps suspendu puisque le sable ne s’y écoulait pas.
  • Une religieuse, dont le port de tête indiquait tout à la fois son humilité et son charisme(7).
 De la discussion qui s’en suivit, après la séance – alors que nous parlions encore sous couvert de notre Égrégore(6) -, la première chose qui nous apparût, c’est que nous n’en étions encore qu’au stade de ses « petits enfants », dont il a été dit :
« Laissez là ces enfants et ne les empêchez pas de venir à moi, car le Royaume du Ciel est pour ceux qui leur ressemblent. »

Matthieu XIX, 14 Traduction Lemaistre de Sacy édition 1843

 Ce qui ne voulait pas indiquer que nous étions des « élus », mais simplement que   nous savions à présent, avoir la possibilité d’aborder la longue marche qui pouvait nous conduire à cette Porte de la Connaissance.
 Toutefois, pour arriver au terme de cette longue marche, et pour avoir la force de pousser cette Porte – « force » pris dans le sens de « courage », de « volonté », de « force de caractère »…, il nous était clairement signifié, qu’il nous faudrait au préalable nous affranchir de longues et périlleuses luttes, afin de parvenir jusqu’à elle. Les armes avaient été données à chacun d’entre nous, il nous restait donc, à chacun d’entre nous, à apprendre à nous en servir:
  • une lance de tournoi médiéval, pour bouter hors de notre vie les mauvaises habitudes ou pour « désarçonner » nos contradicteurs… ou nos propres contradictions.
  • un gladiateur de la Rome antique, armé d’un filet et d’un bouclier, réunissant ainsi la symbolique de l’offensive (le Rétiaire(3)) et de l’attaque (le Secutor(2)), pour nous inciter à plus de souplesse et d’agilité dans nos pensées et nos idées, mais aussi pour nous inciter à aller de l’avant, avec foi, avec courage et avec confiance en nous-mêmes et en notre Egrégore. Cet Egrégore toujours prêt à nous aider dans les limites de la Permission Divine.
  • une très belle cape royale rouge ornée de fleurs de lys, pour nous rappeler que cette cape, Saint Louis la porta souvent, lui qui eut la réputation de Charité et de Guérisseur des écrouelles (les « maux » ou les « mots ») qui avilissent notre aspect et/ou qui dégradent notre image et la confiance que l’on devrait pouvoir inspirer à autrui par nos paroles et nos actes. Ce même Saint Louis qui approuva aussi, hélas, les croisades contre les Cathares, ces annonceurs ou ces précurseurs du spiritisme en quelque sorte …..
  • une grande épée de taille de Croisés, pour ne pas nous tromper d’idéologie et accepter que d’autres religions, d’autres philosophies peuvent apporter autant sinon plus que celle à laquelle nous fûmes formés. L’épée de taille servait à « pourfendre » – à « ouvrir les crânes » –, à tailler les lances adverses – les armes supposées protéger les carrés retranchés -, et à « tailler les bras armés » – c’est à dire rendre pacifiques -.
  • Un navire prêt à prendre le large… mais toujours à quai… Un navire qui est prêt à affronter les tempêtes d’une longue traversée vers des horizons nouveaux, mais dont le Capitaine ne donne pas l’ordre de départ ! Douterait-il de lui ou de son navire ? Craindrait-il d’affronter les difficultés de la route à suivre  et les combats à y mener ????
 Ces combats, ces luttes, ces batailles pour la « purification » de notre corps et de notre esprit afin de redevenir un de ces « Enfants » dont parle Saint Matthieu, Trismosin Salomon les symbolisa merveilleusement dans sa quatorzième gravure du Splendor Solis, toute entière dominée par « l’Oiseau d’Hermès ».
 Cet Oiseau d’Hermès dont René Alleau dans son commentaire nous dit :
« Dans la fiole de verre soufflé, cet oiseau à la triple couronne est un « Enfant de Mars »(4) comme les divers personnages représentés …« 

René Alleau : Commentaires du Splendor Solis édition Retz 1975 p.278

 Et dont d’autres auteurs nous disent encore plus clairement :
« L’oiseau d’Hermès ou oiseau des Sages, est l’emblème du mercure des Philosophes qui s’élève vers le haut du ballon de verre quand il est libéré de la gangue par la sublimation. »

La Croix-Haute H : Du bestiaire des alchimistes p. 121.

« Le palmier de la Vierge, qui est l’oiseau d’Hermès, c’est à dire le mercure, a, dès lors, trouvé sa renaissance dans le feu et de ses cendres même…
Voilà pourquoi, sans doute, le mot grec « Foinix », signifie, à la fois, rouge, oiseau fabuleux et palmier, et pourquoi encore le dieu Mercure est souvent représenté avec le caducée d’une main et le phénix de l’autre. »

   E. Canseliet : Les écoinçons des stalles de la cathédrale Saint Pierre de Poitiers et leur interprétation alchimique.

                                                                                     Atlantis n° 332    p. 301.

 Bien des choses pourraient encore être dites sur ces symboles, mais nous ne parlons pas, ici, dans le secret d’une pièce soigneusement scellée du Temple. Nous ne sommes encore que sur le parvis d’un temple(5), et bien du chemin nous reste à faire, ne serait-ce que pour parvenir à une de ces portes. Nous sommes donc loin encore, de prétendre « pousser » une de ces portes, qui nous permettrait de poursuivre notre propos.
 A ce point parvenu de ce texte, nous sommes donc dans l’obligation de laisser ceux et celles qui ont eu la bonté de nous lire jusqu’ici, poursuivirent leur route par eux-mêmes. Mais nous les laissons sans aucune crainte, car nous ne savons que trop qu’ils pourront toujours compter sur leur Egrégore(6), s’ils souhaitent poursuivre cette voie qui s’ouvrent à eux, avec constance, humilité et foi en leur Destin.
 Car ce Destin, Seul Dieu pouvait le leur donner quand ils décidèrent de se mettre en chemin….

 Notes

(1)          sur la définition de cette expression cf.  :

http://www.concordances-spirituelles.com/lexique_hermetique/2010/10/glossaire-a-usage-des-%c2%ab%c2%a0simples-en-esprit%c2%a0%c2%bb/.html

(2)          Le Secutor est « celui qui poursuit », maniant le gladius, bouclier long, protégé par une jambière à la jambe gauche. Son casque remarquable, sans rebord, surmonté d’une crête sans arête, offrant donc moins de prise au filet que celui des autres gladiateurs. Le secutor était bien adapté à la lutte contre le rétiaire, son adversaire.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Types_de_gladiateurs

(3)               Le rétiaire, gladiateur léger, frappa les imaginations par son équipement offensif caractéristique. Sa panoplie rappelle en effet celle du pêcheur : filet (reta), trident (fuscina) et poignard (pugio). Son armement défensif, en revanche, est réduit au minimum : pas de casque, mais des chevillières (fas­ciae) et un brassard (manica) qui protégeait le bras gauche, le plus exposé par le maniement du filet ou du trident. Le galerus, une large épaulière, couvrait la base du cou et donnait au rétiaire une silhouette particulière. Le maniement du filet exigeait une grande dextérité. Le combat dépendait alors de son adresse et de sa rapidité. Il se retournait pour contenir la poursuite et lançait sa contre-attaque en tenant le trident des deux mains: la droite au bas de la hampe et la gauche serrant aussi le poignard, près de la fourche. Cette position s’observe fréquemment sur les monuments figurés (mosaïques de Cos, Reims, Bignor).

http://fr.wikipedia.org/wiki/Types_de_gladiateurs

(4)               Mars, Dieu de la « guerre », incarnant par là la force physique, l’audace, le courage, l’intelligence de la lutte et des batailles…. Dans la Philosophie Hermétique, il symbolise le fer qui permet d’obtenir « l’Acier des Sages »… Cet « Acier » dont les Hermétistes disent qu’il permet d’attirer l’Esprit Universel, encore désigné, parfois et en d’autres écrits’, par le mot « Verbe ».

(5)               La lettre minuscule  sur cet autre « temple » est volontaire, bien entendu !

(6)               Pour la définition de ce mot :

 Cf. http://www.concordances-spirituelles.com/lexique_hermetique/2010/10/glossaire-a-usage-des-%c2%ab%c2%a0simples-en-esprit%c2%a0%c2%bb/.html

(7)               Le charisme est la qualité d’une personne qui séduit, influence, voire fascine les autres par ses discours.

Les charismes, ou dons spirituels selon Saul de Tarse, sont décrits dans plusieurs passages de la Bible

(http://fr.wikipedia.org/wiki/Charisme)

 Conférer  aussi l’article complet d’un site qui ne manque pas d’intérêt sur ce sujet entre autres

http://www.palsambleu.fr/les-4-cles-du-charisme/.